24. sept., 2022

Dans l’incapacité de payer le surcoût électrique des trains, la région Centre-Val de Loire alerte l'État et la SNCF

La crise de l'énergie, et la flambée des coûts, pèse lourdement sur le budget des collectivités locales. François Bonneau, président de région, en appelle à l'Etat et à la SNCF, car l'augmentation est telle pour l'électrique ferroviaire, qu'il ne pourra pas payer. 

Aucune collectivité n’est épargnée, même celles qui ont des budgets qui se comptent en centaines de millions d’euros.
Dans les lycées, le surcoût pour l’énergie sera de 5 à 6 millions d’euros, selon François Bonneau, pour 2022. 
"Pour l’électricité, c’est considérable. C’est également une hausse vertigineuse des consommations électriques du réseau SNCF pour les trains qui se compte par dizaines de millions d’euros, déplore le président du Centre-Val de Loire. 
Nous sommes dans l’incapacité de prendre en charge cette hausse. Cela fait partie de nos préoccupations et nous sommes en train d’alerter la SNCF et l’État. Les surcoûts sont tels qu’on ne peut pas les absorber. La solidarité nationale doit s’exercer." Le Centre-Val de Loire serait, selon lui, plus concerné que d’autres régions par cette hausse, du fait d’un trafic ferroviaire important.