3. oct., 2022

TGV M, futur train à grande vitesse de la SNCF, sera moins rapide mais plus économe

La SNCF se prépare à accueillir ses premiers TGV M de nouvelle génération. Des trains qui permettront à l'entreprise d'économiser sur les coûts de construction des rames et sur l'énergie, tout en gagnant en souplesse sur le transport des passagers.

Un train qui s’adapte à tous les besoins

Ce train au profil effilé doit remplir plusieurs objectifs vitaux pour la SNCF. D’abord, le TGV M va permettre à l’entreprise de réaliser des économies sur les coûts de construction, de l’ordre de 20 % par rapport à la génération précédente. Il ne s’agit pas en effet d’un train conçu sur mesure, mais d’un modèle « choisi sur catalogue » : il est bien sûr adapté aux besoins de la SNCF, mais il sera aussi construit pour d’autres exploitants. La gamme Avelia Horizon, le nom donné par Alstom à l’appareil, va ainsi être fabriquée aussi pour l’américain Amtrak.

Si la vitesse de pointe du TGV M sera moins élevée que précédemment (320 km/h maximum), son aérodynamique, ses moteurs plus efficaces et le travail de fond réalisé pour l’alléger lui permettront de consommer 20 % d’énergie en moins. Pour le passager, ces efforts sont payants car ces économies se répercutent sur le coût du billet ! Par ailleurs, la SNCF va aussi gagner en souplesse : le train peut accueillir jusqu’à 730 voyageurs par rame (630 aujourd’hui).

La conception du TGV M permet au transporteur de transformer une voiture de première classe en seconde classe et inversement en une nuit. Enfin, des espaces vélos seront facilement aménageables en fonction des besoins.